Jeune libraire cherche roman d’amour : tome 1

Par défaut

Auteur : Joanie Mailhot Poissant
Éditions : De Mortagne
Nombre de pages : 329
Parution : 2015
Genre : Chick lit

Résumé de couverture

Vous êtes-vous déjà demandé ce que les livres et les hommes avaient en commun ? Pourtant, quand on y pense, ça saute aux yeux !

Certains sont comme des Nouvelles Littéraires (ou Érotiques) avec qui on entretient des relations courtes, qui nous laissent souvent sur notre faim. Il y a les Romans d’Aventures, qui nous promettent mers et mondes, mais qui nous abandonnent pour assouvir leur soif de liberté. Il y a les Romans Noirs, ceux qu’on meurt d’envie de percer à jour. Et il y a le Roman d’Amour, notre Roman d’Amour, celui qu’on espère toutes…

Malheureusement, mon histoire n’est pas un « Livre dont vous êtes le héros ». Vous ne pourrez pas m’aider à choisir la bonne voie, m’évitant ainsi des déceptions. Une chance, que je peux compter sur mon frère, Charles, et sur mon escouade en talons hauts pour m’accompagner dans ma quête du véritable Roman d’Amour.

J’ai vraiment hâte (ou pas du tout) de découvrir ce que me réserve la dernière page…

Mon avis

Ce livre m’avait attiré par son titre et sa couverture ou l’on voit tout plein de livres. Puis le résumé m’avait conquis et je me suis procuré le livre, malgré le fait, que la Chick lit n’est pas mon genre préféré. Heureusement, j’ai été agréablement surprise avec ce livre.

Arielle qui travaille à la librairie familiale désire maintenant reprendre les reines de cette entreprise. Son père lui imposera cependant d’aller faire un certificat en gestion d’entreprise avant de lui succéder la librairie. Il a donc embauché un jeune homme pour aider Arielle durant le temps qu’elle sera sur les bancs d’école. Il s’agit de roman noir, le garçon sexy et mystérieux. Arielle compare les hommes au roman. D’ailleurs, depuis sa séparation avec roman d’aventures elle enchaîne les conquêtes sans relations sérieuses. Elle vient justement de perdre nouvelle littéraire, qui n’a été dans sa vie que 3 mois et qu’il n’a jamais voulu s’investir réellement.

« Je commence d’ailleurs à trouver que ma bibliothèque en est trop pleine, surtout qu’ils ne m’appartiennent pas ! »

C’est avec plaisir que j’ai suivi la vie comique d’Arielle qui se voit prise entre roman noir, nouvelle littéraire et roman d’aventures. Réussira-t-elle à trouver son roman d’amour dans tout ça ? J’ai passé un agréablement moment avec cette lecture. J’ai ri par moment et j’ai compati par d’autres. J’ai bien aimé la comparaison des hommes aux genres de romans, cela m’a fait réfléchir à mes propres relations. De plus, je me suis tout de suite attaché à Arielle, elle qui se cherche un peu dans sa vie, mais qui ne se laisse pas décourager facilement. Entre familles, amitiés, amants et relations amoureuses ce roman est un bon mélange, bien dosé avec une écriture fluide ce qui nous donne une lecture sans prise de tête.

Finalement, ce roman n’avait pas la partie ou l’auteur exagère un peu trop les événements qu’ont habituellement les Chick lit, parti d’ailleurs, qui me fait perdre l’intérêt pour ce genre. C’est donc avec le sourire que j’ai terminé ma lecture et c’est avec plaisir que je me procure le prochain tome.

Note : 8/10

Victoire-Divine : tome 1 – Déclaration de guerre

Par défaut

Auteur : Edith Kabuya
Éditions : De mortagne
Nombre de pages : 318
Parution : 2018
Genre : Jeunesse

Résumé de couverture

Victoire-Divine Kembonayawhé a quatorze ans, toutes ses dents, et de la répartie pour cent ! Élève douée, elle a obtenu une bourse pour fréquenter Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, le pensionnat le plus huppé de la province. Mais cette école n’a rien d’ordinaire : les élèves y sont maîtres et rois !

Chaque année, les plus populaires désignent un Intouchable, le souffre-douleur qui subira le mépris et les moqueries de tous. Victoire ne se gêne pas pour dénoncer cette tradition épouvantable, si bien que, cette fois, l’élue n’est nulle autre qu’elle…

Contrairement à tous les Intouchables précédents, l’adolescente n’a pas l’intention de se laisser faire sans se battre.

Une seule solution s’impose : déclarer la guerre.

Mon avis

Après avoir eu un coup de cœur pour la saga « Les maudits », je n’ai pas pu résister à découvrir la nouvelle saga d’Édith Kabuya. Je savais que ce n’était pas du tout le même genre, mais j’avais bon espoir de quand même apprécier ma lecture ce qui fût le cas.

Victoire-Divine provient d’une famille défavoriser, avec une mère monoparentale qui se bat pour que ces enfants aient toujours de quoi se nourrir. Grâce à ces bonnes notes, elle a réussi à avoir une bourse pour aller dans l’une des plus grandes écoles secondaires du Québec. La majorité du monde qui fréquente cette école provient de familles riches. Les parents envoient leur enfant dans ce pensionnat-là pour se débarrasser d’eux. Ce qui fait en sorte que ce sont pour la majorité des enfants gâtés pourris. Que font des enfants gâtés pourris ? Ils créent un rituelle, chaque année une personne est désignée intouchable. Comble du désespoir cette année, c’est Victoire-Divine qui est désigné intouchable. Que va-t-il lui arriver ?

« La victime subit ensuite le mépris et les railleries de tous ses pairs jusqu’à ce qu’elle décide (par elle-même) de quitter l’enceinte de l’école. »

Va-t-elle réussir à survivre à cette intimidation ou quittera-t-elle l’école ? Je dois dire que l’auteure a très bien su écrire l’histoire pour nous faire ressentir toutes les émotions de Victoire-Divine. Je suis passé par plusieurs émotions, mais je dois avouer que j’ai surtout été en colère durant la majorité du livre, mais malheureusement je sais que ce sont des choses qui arrivent. Malgré les événements horribles qu’a vécus Victoire-Divine, j’ai beaucoup aimé son comportement. Elle est forte et intelligente et elle m’a fait bien sourire par moment avec ses pensées. De plus, j’ai trouvé que toute cette histoire apportait en quelque sorte une bonne morale, un petit quelque chose, qui nous fait réfléchir, parce que Victoire-Divine a quelque chose que les autres élèves de cette école n’ont surement pas, l’amour inconditionnel et le soutien de sa mère.

L’auteure a su bien apporter le sujet et bien nous entraîner dans son monde, sans compter que j’ai bien aimé la fin qui m’a donné envie de lire la suite très bientôt.

Note : 8/10

Ce livre a été lu en lecture commune avec À la page de Suzie, vous pouvez lire sa chronique ICI

Un tome 3 est prévu.

Un gros MERCI !

Rebecca Kean : tome 2 – Pacte de sang

Par défaut

Auteur : Cassandra O’Donnell
Éditions : France Loisir
Nombre de pages : 605
Parution : 2017
Genre : Bit lit

Résumé de couverture

Depuis que je suis devenue la tueuse attitrée de la communauté surnaturelle du Vermont, je n’ai plus une minute à moi, course-poursuite, exécutions, meurtres en série… bref je n’ai ni le temps, ni l’envie de m’occuper de ma vie privée. Alors quand mon ex, Michael, un vampire aussi sexy que redoutable a débarqué en ville, ça m’a un peu contrarié. Il faut dire que quand on se retrouve enceinte à 16 ans et qu’on plaque son amant, on n’est généralement pas très pressée de le revoir dix ans plus tard et de lui annoncer qu’il est papa. Du moins, pas avant d’être passée d’abord faire le plein chez Joe, le marchand d’armes du coin…

Mon avis

C’est avec une immense joie que j’ai commencé ce deuxième tome afin de retrouver Rebecca dans cet univers surnaturel.

Rebecca est maintenant une femme très occupée depuis qu’elle a le poste d’Assayim, celui-ci consiste à s’occuper de la sécurité et à faire respecter les lois à l’une des plus importantes communautés surnaturelles du pays. Cela lui permet donc de tuer en toute légalité ce qui fait bien l’affaire de son côté sorcière de guerre. Cependant, les choses se compliquent lorsque Michael, son ex qui est aussi le père de sa fille, débarque à Burlington. Elle devra démontrer qu’elle est bien la femme de Raphael pour que celui-ci comprenne qu’elle ne lui appartient plus. Ce qui ne sera pas de tout repos, mais en plus, elle aura affaire à un tueur qui s’en est pris à des louves, mais aussi à elle-même. Entre son devoir de retrouver le tueur et celui de démontrer à Michael qu’il doit l’oublier, elle n’a pas grand temps pour se reposer.

Un deuxième tome aussi captivant que le premier avec beaucoup d’action et quelques passages comiques dus à l’humour de notre chère Rebecca. Je n’ai cependant pas beaucoup aimé les passages avec Michael qui m’ont frustré, je dois dire que l’auteur a réussi haut la main à me faire ressentir de la haine envers ce personnage.

Sinon, j’ai bien aimé que Rebecca s’ouvre davantage à Raphael et que leur relation évolue, même si je ne suis pas encore sûr que nous puissions entièrement faire confiance à ce vampire. J’ai bien hâte de voir la suite des événements. De plus, on découvre un peu plus sur le passé et sur ce que représente Rebecca dans la vie, pour son clan et pour la communauté des surnaturelles.

Finalement, l’auteure nous laisse avec une jolie fin qui nous ouvre grand la porte sur l’enjeu majeur du prochain tome. Lequel risque d’être assez chaud et peut-être aussi frustrant que ses problèmes avec Michael. Dans tous les cas, j’ai très hâte de découvrir ce que nous réserve la suite de cette saga.

Note : 8,5/10

Mon avis sur le premier tome : Traquée

Ce livre a été lu en lecture commune avec À la page de Suzie, vous pouvez lire sa chronique ICI

Charley Davidson : tome 3 – Troisième tombe tout droit

Par défaut

Auteur : Darynda Jones
Éditions : Milady
Nombre de pages : 413
Parution : 2012
Genre : Bit lit

Résumé de couverture

Moi c’est Café… euh, Charley. Et il me faut plus de café. Le sommeil c’est l’angoisse : Reyes, le fils du Diable chaud comme l’enfer que j’ai emprisonné pour l’éternité, hante mes cauchemars. Je crois qu’il me hait. Mais est-ce que les criminels accepteraient de me laisser tranquille le temps que je règle ça ? Bien sûr que non. Un type veut que j’enquête sur sa femme disparue… sauf que je suis sûre que c’est lui qui a fait le coup. Si j’arrive à m’injecter le café en intraveineuse, je devrais pouvoir le prouver. Sauf si mon grincheux de père revient à la charge pour me faire changer de métier parce que détective privée c’est trop dangereux.

Bon d’accord, je manque de me faire tuer une fois par semaine, mais c’est pas une raison. Je suis super comme détective… et comme Faucheuse !

Café ?

Mon avis

J’adore cette saga et j’adore Charley.

Dans ce troisième tome, Charley ne peut plus dormir à cause de Reyes, dès qu’elle ferme les yeux il apparaît et il n’est pas content du tout. Il veut qu’elle le libère, malheureusement pour lui elle ne sait pas comment s’y prendre. Elle enchaîne donc café par-dessus café afin d’essayer de rester réveillée, mais comme elle est bien occupée ce ne sera pas trop dur pour elle de passer des nuits sans dormir. En effet, elle doit se concentrer sur sa nouvelle enquête, une femme a disparu. Entre temps, Reyes refait aussi surface et lui demande de chercher un homme mort. Sans compter la gang de motards qui réclame aussi ses services. Comme vous pouvez le voir, Charley est très occupé et se retrouve encore en danger, mais ça fait partie de son travail. C’est pour cela que son père désire qu’elle change de vocation.

Tant d’actions et de rebondissement dans un même tome, mais le tout, est bien orchestré et très bien développé. On s’attache de plus en plus au personnage de la vie de Charley. Je suis toujours aussi fascinée par sa relation avec sa grande amie Cookie. Ces deux-là me font très rire, j’aimerais bien avoir une amitié comme celle-là. J’ai bien aimé que l’histoire avec Reyes prenne plus de place dans ce tome et j’ai bien hâte de voir ce qui va arriver à leur relation maintenant.

Finalement, j’aime bien la tournure que prend l’histoire, avec madame Soussi, qui peut entendre les anges et que j’espère bien revoir dans les prochains tomes, l’histoire prend une tournure plus surnaturelle et moins thriller. Charley va vraiment devoir apprendre à contrôler ses pouvoirs puisqu’une guerre entre anges et démons s’en vient. J’ai bien hâte de voir ce que nous réserve Darynda Jones pour les prochains tomes et quel rôle joueront les personnages. La fin me laisse penser que certains comme Garett, vont jouer de nouveaux rôles et je sens que ça va être très intéressant à découvrir.

Note : 9/10

Mon avis sur les tomes précédents : tome 1 – Première tombe sur la droite, tome 2 – Deuxième tombe sur la gauche

Le fardeau de Jacob

Par défaut

Auteur : Lise Bergeron
Éditions : Guy Saint-Jean
Nombre de pages : 362
Parution : 2019
Genre : Drame

Résumé de couverture

Mireille jouit de la vie dont elle a toujours rêvé, entourée d’un mari amoureux et complice, de deux merveilleux adolescents, de sa mère qu’elle adore et de plusieurs amis qui lui sont chers. À dix-sept ans, Jacob est doué, équilibré, bienveillant et voue à sa soeur Lucie un amour et un attachement sincères et partagés. Quelle chance ils ont d’évoluer dans un univers paisible et heureux, au sein d’une famille unie ! Un soir, Jacob se rend à Québec avec sa nouvelle flamme, Jennifer, et son ami d’enfance, Zack. Cette nuit-là, en raison d’un moment d’égarement, la soirée se transforme en une tragédie dont les conséquences hanteront Jacob… jusqu’à lui faire regretter d’être en vie. La famille de Jacob parviendra-t-elle à alléger la culpabilité et la souffrance qui étouffent le jeune homme ? Impuissante, Mireille assiste à l’effondrement de tout ce qui lui est cher, de sa vie entière, mais elle n’abdiquera pas si facilement. L’amour et l’énergie du désespoir suffiront-ils à sauver les siens ? Une histoire bouleversante qui nous plonge dans le quotidien d’une famille stable et dans celui d’un jeune homme dont la vie chavire. Un roman poignant et crédible qui fait réfléchir et bouleverse jusqu’au fond de l’âme.

Mon avis

Lorsque j’ai reçu ce livre, je n’en avais jamais entendu parler et je n’avais pas vraiment d’attentes. De plus, lorsque j’ai lu le résumé je me suis dit que ce livre allait surement être touchant.

En effet, nous suivons Jacob qui ne désire plus vivre depuis l’accident. Il a tout planifié pour mettre fin à ses jours afin d’arrêter de souffrir. 

« La culpabilité est pour l’être humain le pire des fléaux, pire que la drogue, pire que l’alcool. Comme une bête malfaisante, elle gruge l’âme, sape le courage, détruit tous les rêves, jusqu’au moment où il ne reste que le néant qui engloutit tout espoir. »

L’histoire commence assez intensément. Puis l’auteur revient en arrière pour nous expliquer le déroulement des événements. Quel est ce fameux accident qui a tout changé dans la vie de Jacob et pourquoi culpabilise-t-il comme cela ? Nous ferons donc la connaissance de la famille de Jacob qui par un bel été fêtera ces 17 ans avec sa famille, son meilleur ami Zach et sa nouvelle flamme Jennifer. Il y recevra en cadeau une belle voiture ce qui viendra changer le cours de sa vie.

Cette histoire inspirée d’un fait réel est très bouleversante puisqu’en effet, ce genre d’accident peut arriver souvent chez les jeunes. Cependant, l’auteure n’a pas réussi à venir me toucher, je n’ai malheureusement pas accroché à l’écriture de l’auteure.

De plus, je dois dire que j’ai eu de la difficulté avec les personnages, ce qui m’a surement empêché d’apprécier cette lecture à sa juste valeur. Ce n’est que mon avis personnel, mais j’ai trouvé que les caractères des personnes étaient trop exagérés et que c’était trop pour un même bouquin. Chaque personnage séparément est surement possible, mais les avoir tous en même temps, m’a donné un peu l’impression de lire une caricature et je trouvais que ça n’avait pas sa place dans ce drame.

Je ressors un peu mitigé de cette lecture, qui avait un bon fond et une bonne morale. L’auteure a choisi un bon sujet et si cela provient d’un fait survenu dans sa vie je lui lève mon chapeau puisque ça n’a pas dû être facile à écrire.

Note : 7/10  

Ce livre a été lu en lecture commune avec À la page de Suzie, vous pouvez lire sa chronique ICI

Un gros MERCI!

C’est le 1er, je balance tout! (Mars 2019)

Par défaut

Le bilan de mes lectures du mois

Total : 10 livres et 3,527 pages

Mes achats/réceptions du mois

J’ai acheté 7 livres et reçu 7 services presses pour un total de 14 livres

Mise à jour de mes challenges

  • Challenge littérature de l’imaginaire : 7/48 livres
  • Bookisney : 23/24 livres
  • Challenge des paliers : 41/79 points
  • ABC 2019 : 14/26 lettres

Saga à terminer cette année : 1/15

Mise à jour de ma bibliothèque

Pal au début du mois : 237 livres
Achats/réceptions : 14 livres
Livres lu : 10 livres
Livres retirés de ma pal : 0 livres
Pal à la fin du mois : 241 livres

Ma wish list : 122 livres
Mes saga en cours : 30

Ma P.A.L du mois d’Avril

L’année du lion

Par défaut

Auteur : Deon Meyer
Éditions : Points
Nombre de pages : 701
Parution : 2018
Genre : Thriller

Résumé de couverture

Ils ont tué mon père.
Je les aurai.
Après la Fièvre qui a décimé les neuf dixièmes de la race humaine, mon père, Willem Storm, a fondé Amanzi, une nouvelle colonie, et l’a menée du chaos à l’ordre, de l’obscurité à la lumière, de la famine à l’abondance.
Je suis Nico Storm, formé par Domingo à l’art de tuer.
Je détestais mon père et je le vénérais.
Ils l’ont abattu à Witput, dans notre beau Karoo, en bordure de l’ombre effacée d’un cercle d’irrigation.
Je vais trouver ses tueurs et je le vengerai.
Ce qui suit est mon histoire.

Mon avis

J’ai acheté ce livre pour un challenge, le résumé avait l’air bon et j’avais entrevu quelques fois cet auteur sur la blogosphère. Je me suis dit pourquoi pas! J’ai d’abord été surprise quand je me suis rendu compte que c’était un pavé de 700 pages. Puis, je me suis lancée au début de mois en me disant que je vais le lire par petit bout tranquillement durant le mois.

Nous suivons donc Nico qui nous raconte son histoire. Celle-ci a commencé lorsqu’une maladie contagieuse appelée la fièvre à tuer environ 80% de la population de la planète. Nico et son père se sont d’abord promenés quelque temps pour finalement décider de créer une nouvelle colonie. Au fil de l’histoire, on passe avec eux par tous les difficultés de la création de la colonie. L’élevage des animaux, les récoltes de nourriture, l’électricité, les habitations, mais aussi la sécurité des gens. C’est pourquoi Nico deviendra un excellent soldat, mais aussi le meilleur tireur d’Amazie, nouvelle ville créée par son père.

« L’autre veut me tuer. Si j’hésite, je suis mort. Parce que c’est la loi de la jungle. Et c’est comme ça chez les animaux. »

Les premiers 75% du livre sont consacré à reconstruire la vie après la fièvre, ce qui est intéressant par moment, mais il y a malheureusement de très longs passages. J’ai bien aimé voir l’évolution des personnages et voir comment ils ont fait pour survivre. Cependant, je dois dire que je m’attendais à un thriller dans lequel Nico serait à la poursuite des tueurs de son père. Ce qui ne s’est pas passé, puisque le père est mort vers la fin du roman et que Nico n’a pas eu à chercher longtemps pour découvrir qui était le meurtrier.

La fin m’a aussi laissé perplexe, d’un côté je ne m’attendais pas à cela ce qui m’a surprise, mais en même temps j’ai l’impression qu’il manque quelque chose et que le livre s’est terminé de façon trop sec. Il y a quand même eu un petit quelque chose qui m’a permis de continuer à lire ce pavé jusqu’à la fin, puisque je m’attendais toujours à ce que le thriller commence, mais ce n’est pas arrivé. Ce roman aurait pu facilement ne faire que 500 pages et être meilleur.

Note : 7/10

Ce livre a été lu en lecture commune avec À la page de Suzie, vous pouvez lire sa chronique ICI