Le temps est assassin

Par défaut

le-temps-est-assassinAuteur : Michel Bussi
Éditions : Presse de la cité
Nombre de pages : 532
Parution : 2016
Genre : Policier

Résumé de couverture

Été 1989.
La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne.
Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite… et bascule dans le vide.
Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

Été 2016.
Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé.
A l’endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre.
Une lettre signée de sa mère.
Vivante ?

Mon avis

Michel Bussi est un auteur que j’aime beaucoup et que j’ai toujours aimé lire. J’étais bien donc contente de sortir ce pavé qui dormait dans ma bibliothèque depuis quelques années.

Clotilde, revient sur l’île 27 ans après l’été où ses parents et son frère sont mort dans un accident de voiture, duquel elle a été la seule survivante. Elle revient finalement après presque 30 ans afin de faire son deuil. Premièrement, je dois dire que je ne comprends pas qu’elle est attendue aussi longtemps, c’est fou, quelques années j’aurais compris, mais 27 ans, c’est long. Deuxièmement, son mari Franck est le pire des salauds, il est tellement sans cœur face à cette tragédie qui marquera à vie sa femme, sans compter qu’il lui envoie des remarques agressives et très déplaisantes sans aucune raison, bref il m’a fait enrager au point que j’ai bien failli lancer mon livre au bout de mes bras.

Dès les premiers jours arrivés au camping, Clotilde recevra une lettre de l’écriture de sa mère…morte il y a 27 ans. Elle se fait voler ses papiers d’identité et rencontre l’ancien flic de l’île qui a une théorie sur l’accident de ses parents. Suite à cela, elle se mettra à enquêter sur ce qui s’est vraiment passé cet été 1989. Les chapitres alternent entre, aujourd’hui, et le journal qu’elle a écrit cet été-là. L’intrigue est bien ficelée et on reçoit les informations à un bon rythme, assez pour qu’on se pose plusieurs questions et que l’on continue de lire pour savoir ce qui s’est passé.

Je dois cependant dire que dans la première moitié du livre, il y a eu certaines longueurs un peu et certains éléments ont été dévoilé qui nous laissaient croire que l’intrigue était finie. L’auteur a su en revanche se reprendre avec la deuxième moitié du livre où l’intrigue est de nouveau au rendez-vous et où l’action s’enchaine rapidement.  Au final, je n’étais pas sure, quelle note donner au livre, puisque ce n’est pas son meilleur roman, mais que l’intrigue et le livre étaient en grosse partie très bonne.

Note : 7,5/10

Ce livre a été lu en lecture commune avec À la page de Suzie, vous pouvez lire sa chronique ICI

C’est lundi que lisez-vous ? (15/10/2018)

Par défaut

La semaine passé, j'ai lu...

le-temps-est-assassin

Mon avis sera publié mardi.

En ce moment, je lis..

                                                      57%

Malgré le fait que Blanche Neige est un petit livre (197 pages), j’avance tranquillement puisque ce livre me donne la frousse. Je lis donc en parallèle le tome 1 de Le secret des druides.

Ensuite, je lirai...

Sutures

 

Et vous que lisez-vous ?

#Colocs : tome 4

Par défaut

#Colocs, tome 4Auteur : Nadia Lakhdari
Éditions : Les Malins
Nombre de pages : 334
Parution : 2018
Genre : Jeunesse

Résumé de couverture

C’est décidé, les colocs quittent la rue Lacombe le temps des vacances de Noël. Direction : Nouvelle-Zélande ! Au menu : surf, fous rires, plages désertes, concert en plein air pour le jour de l’an et peut-être même un baiser aux douze coups de minuit ?

Emma est ravie de revoir ses parents mais s’ennuie de Théo resté à Montréal. Mia fuit sa situation familiale compliquée et l’énigmatique professeur qui continue de hanter ses pensées. Béatrice, elle, répare tranquillement son coeur abîmé. Elle est loin de se douter de ce qui l’attend à son retour au cégep…

La deuxième session promet d’être haute en couleurs et en émotions!

Mon avis

J’adore cette saga jeunesse, très légère et très divertissante. J’étais donc très heureuse de voir la sortie de ce 4e tome. J’ai adoré retrouver le trio de colocs, Emma, Béatrice et Mia dans ce tome qui nous fait un peu rêver avec leur vacance en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Donc ce 4e tome s’enchaine directement au 3e tome, où Mia débarquait à l’aéroport pour partir avec Emma et Béatrice. Dans la première partie, elles sont en vacances et profitent bien de tous les plaisirs que cela apporte. Amitié, amour de vacance, surf, plage, tout est au rendez-vous pour que Béatrice et Mia oublient leur problème de vie à Montréal. Ensuite, c’est le retour à la vraie vie, au cégep et problème de cœur et de gang d’amies.

Mia a toujours ses problèmes de famille et d’amour, mais est-ce que le fait d’avoir enfin 18 ans va changer quelque chose ? Tandis que, Béatrice, comme à son habitude m’a tellement fait enrager avec ces réflexions et son comportement. Comment peut-on être aussi facilement manipulable et avoir tant besoin d’être accepté, au point de s’oublier sois même ? Cependant, au fils du livre, son attitude évolue, d’autres personnes entrent en scène et cela fait en sorte qu’elle va peut-être enfin réaliser qu’elle peut vivre sans les snobinours. Pour ce qui est d’Emma, je la trouve bien bonne d’être toujours au côté de Béatrice et de l’épauler, une chance qu’elle est là pour me rappeler que je n’étais pas anormal durant mes années de cégep.

Un tome qui m’a encore fait passer par plusieurs émotions, de l’envie durant leur vacance, de la rage envers le comportement de Béatrice (lorsque j’enrage comme cela envers une personne je me dis que l’auteure a su me captiver complètement dans son histoire) et puis beaucoup de rires. J’ai toujours bien du plaisir à les suivre dans leurs aventures. J’ai cependant trouvé ce tome beaucoup trop court. Puis l’auteure termine son roman encore en plein milieu d’une scène ce qui ne nous laisse pas le choix d’attendre la suite avec impatience.

Note : 8/10

Mon avis sur les tomes précédents : tome 1, tome 2, tome 3

Saga à suivre

Ash princess : tome 1

Par défaut

ash-princess-tome-1Auteur : Laura Sebastian
Éditions : Albin Michel
Nombre de pages : 521
Parution : 2018
Genre : Fantasy

Résumé de couverture

Theodosia avait six ans quand son pays a été attaqué, et quand sa mère, la reine du Feu, a été assassinée sous ses yeux.

Dix ans ont passé. Dix ans à vivre sous le joug du Kaiser, ses tortures incessantes, son régime de terreur. Dix ans qu’elle n’a pas prononcé son véritable nom. Theodosia s’appelle maintenant Thora, princesse de Cendres.

Le jour où le Kaiser la force à exécuter son dernier allié, celui qu’elle voit comme son unique chance de survie, Theodosia ne peut plus ignorer sa rage vengeresse. Elle se lance dans une intrigue où la séduction cache des crimes de sang, où les amitiés ne servent plus qu’à une chose : regagner son pouvoir.

Incapable de déterminer à qui elle peut vraiment se fier, Theodosia va apprendre jusqu’où elle est prête à aller pour venger sa mère, regagner son peuple et reprendre son titre de reine.

Mon avis

Lorsque ma partner m’a dit de m’acheter ce livre afin qu’on puisse le lire, j’ai tout de suite su que c’était le genre de livre que j’allais aimer. Elle m’a donc convaincu d’acheter le livre (malgré son prix de fou) et de le lire. Je ne le regrette pas du tout. Ce fut une excellente lecture.

Nous suivons Lady Thora (de son vrai prénom Theodosia), qui a assisté au meurtre de sa mère lorsqu’elle avait 6 ans. Depuis, elle est gardée en vie par le Kaiser. (le roi qui a conquis ses terres et qui a pris le pouvoir de son pays) Cependant, quel est le prix qu’elle doit payer pour rester en vie, elle est maltraitée et fouettée afin de montrer l’exemple. Pendant 10 ans, elle n’a fait que survivre, jusqu’au jour où un des plus grands gardiens et proche de son pays se retrouve prisonnier et que le Kaiser l’oblige à le tuer de ses propres mains. Cet événement va réveiller une rébellion en elle et c’est à ce moment que tout va changer.

« Ils ont voulu me briser, et ils y sont presque parvenus. J’ai laissé la peur prendre le dessus – je les ai laissés prendre le dessus. Mais c’est fini. L’heure de la vengeance a sonné. » …Theo

C’est avec son ami d’enfance qu’elle commencera à créer un plan. Elle devra être rusée, mais aussi se montrer forte et sans-cœur par moment. Ce qui ne sera pas toujours facile à faire. Par moment, elle semble changer souvent d’avis et ne pas être sûre de ce qu’elle fait, mais c’est tout à fait normal après ces 10 années passées sous la terreur. Elle ne sait plus à qui faire confiance. Est-ce que sa relation avec la fille du tueur de sa mère est réelle ou si elle n’a été que pour combler un manque ? Est-ce que le prince est meilleur que son père ou non ?

Un excellent mélange entre amitiés, amour (Okay! Il est encore question de triangle amoureux, mais bon!) et trahison, dans un univers aristocratique et fantastique. Elle n’est cependant pas au bout de ses peines. Un livre addictif, qui passe d’un rebondissement à l’autre et qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. Une fin surprenante qui nous donne envie de lire la suite, laquelle nous devrons malheureusement attendre.

Note : 9/10

 

Ce livre a été lu en lecture commune avec À la page de Suzie, vous pouvez lire sa chronique ICI

Sept larmes au creux de la mer

Par défaut

og:imageAuteur : C.B. Lee
Éditions : MxM Bookmark
Nombre de pages : 300
Parution : 2018
Genre : Romance

Résumé de couverture

La mer cache bien des secrets…

Kevin Luong a le cœur brisé le jour où, marchant au bord de l’océan, il se souvient de l’ancienne légende que sa mère lui avait racontée. Il laisse alors tomber sept larmes dans l’eau tout en formulant son souhait : « Je veux être heureux et amoureux… Juste un été… »

C’est ainsi qu’il se retrouve à sauver un mystérieux garçon du Pacifique, un garçon qui plus tard apparaît sur le pas de sa porte en lui déclamant son amour. Ce qu’il ne sait pas, c’est que Morgan est un selkie et qu’il est là pour exaucer son souhait.

À mesure qu’ils se rapprochent, Morgan est tiraillé entre les dangers du monde humain et son héritage au sein de la communauté selkie vers laquelle il doit revenir à la fin de l’été…

Mon avis

Lorsque j’ai vu ce livre passer sur Netgalley, j’ai tout de suite trouvé le résumé intriguant. De plus, comme je n’ai jamais lu de LGBT je me suis dit que c’était l’occasion parfaite. C’est un excellent premier livre pour découvrir le LGBT, puisque cette histoire à un côté très jeunesse. Elle n’est donc pas trop intimidante et il n’y a aucune scène sexuelle.

Il s’agit de l’histoire de Kevin et Morgan. Kevin est un garçon de 16 ans, il n’est pas très populaire depuis qu’il a fait son coming out. Son seul ami, Mike, vient de le laisser tomber en lui brisant le cœur, pour les gars de l’équipe de foot. Il est donc triste et pense qu’il va passer son été seul et déprimer. Il laisse donc tomber 7 larmes dans la mer et fait le vœu d’être heureux et amoureux pour un été. Morgan, un selkie hybride, qui a toujours été différent et un peu isoler des autres membres de sa tribu, nageait justement dans ce coin-là, il est le premier à entendre le vœu de Kevin, au même moment il se transforme en humain pour la première fois et se retrouve sur la plage complètement nue devant Kevin. Il sera par la suite désigné pour exaucer le vœu. C’est ainsi qu’ils feront connaissance et qu’ils passeront un excellent été. Jusqu’au jour où Morgan est confronté à un choix qu’il devra prendre et qui changera complètement le reste de sa vie.

« Le Conseil a peut-être dit qu’il me confiait cette mission, mais tu avais conquis mon cœur bien avant qu’il n’entende ton Vœu et puisse décider de qui serait le plus apte à l’exaucer. » …Morgan

J’ai bien aimé Morgan, avec son petit côté insouciant et le fait qu’il s’émerveille pour tous et pour rien. Les parents de Kevin m’ont aussi fait rire, ils ont un peu trop bien accepté le fait que leur fils est gai. Kevin, lui est très mature pour son âge et il est très attachant. L’écriture est fluide et le livre se lit toute seul. En gros, il s’agit d’une très belle histoire d’amour digne d’un conte de fées. En plus, il y a une petite touche d’actions vers le milieu du livre ce qui rajoute un petit peu de piquant. J’ai donc passé un excellent moment à lire ce livre qui est très léger et vous fera certainement sourire.

Note : 8/10

 

Petits secrets, grands mensonges

Par défaut

petits-secrets-grands-mensongesAuteur : Liane Moriarty
Éditions : Livre de poche
Nombre de pages : 572
Parution : 2016
Genre : Thriller

Résumé de couverture

Les secrets finissent toujours par être dévoilés.

Et toujours quelqu’un doit payer…

Jane, mère célibataire, vient d’emménager à Sydney avec son petit garçon et un secret qui est le sien depuis cinq ans.

Le jour de la rentrée scolaire, elle rencontre Madeline, un personnage haut en couleur avec lequel il faut compter (elle se souvient de tout et ne pardonne jamais) et Céleste, une femme à la beauté époustouflante mais qui, paradoxalement, est toujours mal à l’aise. Elles prennent toutes deux Jane sous leur aile, en faisant attention de dissimuler leurs propres secrets.

Cependant, quand un simple incident impliquant les enfants de chacune des trois femmes survient à l’école, les choses s’enveniment : les commérages vont bon train, les rumeurs empoisonnées se propagent jusqu’au point où il est impossible de démêler le vrai du faux.

Mon avis

J’avais délaissé les romans policiers/thrillers ces derniers temps et pourtant j’aime bien ce style. C’est grâce au challenge de la licorne que je recommence à lire ce genre et j’en suis très contente. J’ai passé un excellent moment en lisant ce livre et en soupçonnant tout le monde.

L’histoire commence lors d’une soirée de Quiz où on découvre qu’il s’est passé quelque chose, mais sans plus. Puis, on nous renvoie 6 mois plus tôt. Nous allons donc découvrir l’histoire de Jane, jeune maman qui vient de déménager à Sydney avec son garçon de 5 ans. Jane est très attachante, mais elle est aussi brisée par la vie. Elle fera la connaissance de Madeline, qui lorsqu’elle se rendait à la journée d’accueil de l’école pour sa jeune fille de 5 ans, décide de réprimander une adolescente qui était sur son cell durant qu’elle conduisait. Elle se foulera malheureusement la cheville en retournant à son véhicule et Jane lui viendra en aide. C’est à ce moment-là que tout a commencé. Elles iront donc prendre un café ensemble. Céleste qui a des jumeaux de 5 ans aussi se joindra à eux. Madeline est une femme un peu superficielle et elle fait très attention à son image contrairement à Céleste qui malgré le fait qu’elle soit très riche désire ne pas attirer l’attention. Chacune des trois a une histoire remplie de secrets.  Lors de cette journée, une jeune fille accusera Ziggy, le garçon de Jane de l’avoir étranglé. Suite à cela, deux clans se formeront au sein des parents, ceux qui pensent Ziggy innocent et ceux qui veulent leur faire renvoyer de l’école. Mais ceci n’est que la facette visible de l’iceberg.

En effet, nous découvrions petit à petit tous les secrets de ces familles et, croyez-moi, il y en a beaucoup. J’ai beaucoup aimé la formule de l’auteur pour bâtir son livre, c’est comme si quelqu’un vous racontait l’histoire et que par moment, tu as l’opinion de plusieurs personnes les entourant. De plus, l’histoire est très intrigante, puisque jusqu’à la toute fin nous ne savons pas qui est mort et qui est le tueur. Tout au long de ma lecture à chaque fois je découvrais de nouveaux éléments sur leur vie, je m’interrogeais sur qui était mort. Je dois dire que j’ai passé complètement à côté, j’avais soupçonné beaucoup de monde pourtant.

Je suis très contente d’avoir renoué avec ce genre qui m’avait beaucoup manqué. C’est toujours des livres très intrigant, mais aussi addictif. Plus on avance dans l’histoire, plus les pages se tournent rapidement. Puis l’auteure nous laisse avec une fin choc, parce qu’un sujet assez dure est présent dans ce livre, mais elle a réussi à passer un beau message, qui fait réfléchir et qui donne espoir aux victimes.

Note : 8.5/10

Ce livre a été lu en lecture commune avec À la page de Suzie, vous pouvez lire sa chronique ICI