L’année du lion

Par défaut

Auteur : Deon Meyer
Éditions : Points
Nombre de pages : 701
Parution : 2018
Genre : Thriller

Résumé de couverture

Ils ont tué mon père.
Je les aurai.
Après la Fièvre qui a décimé les neuf dixièmes de la race humaine, mon père, Willem Storm, a fondé Amanzi, une nouvelle colonie, et l’a menée du chaos à l’ordre, de l’obscurité à la lumière, de la famine à l’abondance.
Je suis Nico Storm, formé par Domingo à l’art de tuer.
Je détestais mon père et je le vénérais.
Ils l’ont abattu à Witput, dans notre beau Karoo, en bordure de l’ombre effacée d’un cercle d’irrigation.
Je vais trouver ses tueurs et je le vengerai.
Ce qui suit est mon histoire.

Mon avis

J’ai acheté ce livre pour un challenge, le résumé avait l’air bon et j’avais entrevu quelques fois cet auteur sur la blogosphère. Je me suis dit pourquoi pas! J’ai d’abord été surprise quand je me suis rendu compte que c’était un pavé de 700 pages. Puis, je me suis lancée au début de mois en me disant que je vais le lire par petit bout tranquillement durant le mois.

Nous suivons donc Nico qui nous raconte son histoire. Celle-ci a commencé lorsqu’une maladie contagieuse appelée la fièvre à tuer environ 80% de la population de la planète. Nico et son père se sont d’abord promenés quelque temps pour finalement décider de créer une nouvelle colonie. Au fil de l’histoire, on passe avec eux par tous les difficultés de la création de la colonie. L’élevage des animaux, les récoltes de nourriture, l’électricité, les habitations, mais aussi la sécurité des gens. C’est pourquoi Nico deviendra un excellent soldat, mais aussi le meilleur tireur d’Amazie, nouvelle ville créée par son père.

« L’autre veut me tuer. Si j’hésite, je suis mort. Parce que c’est la loi de la jungle. Et c’est comme ça chez les animaux. »

Les premiers 75% du livre sont consacré à reconstruire la vie après la fièvre, ce qui est intéressant par moment, mais il y a malheureusement de très longs passages. J’ai bien aimé voir l’évolution des personnages et voir comment ils ont fait pour survivre. Cependant, je dois dire que je m’attendais à un thriller dans lequel Nico serait à la poursuite des tueurs de son père. Ce qui ne s’est pas passé, puisque le père est mort vers la fin du roman et que Nico n’a pas eu à chercher longtemps pour découvrir qui était le meurtrier.

La fin m’a aussi laissé perplexe, d’un côté je ne m’attendais pas à cela ce qui m’a surprise, mais en même temps j’ai l’impression qu’il manque quelque chose et que le livre s’est terminé de façon trop sec. Il y a quand même eu un petit quelque chose qui m’a permis de continuer à lire ce pavé jusqu’à la fin, puisque je m’attendais toujours à ce que le thriller commence, mais ce n’est pas arrivé. Ce roman aurait pu facilement ne faire que 500 pages et être meilleur.

Note : 7/10

Ce livre a été lu en lecture commune avec À la page de Suzie, vous pouvez lire sa chronique ICI

Une réflexion sur “L’année du lion

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s